Divers moyens ou activités sont mis à la disposition du résidant pour lui permettre d’atteindre et de maintenir son objectif de liberté face aux substances.

Le « vécu »

Dès son arrivée, le nouveau résidant est invité à rédiger son histoire de vie, communément appelée le « vécu ».  Cet outil permet au résidant, à chaque étape de la démarche, d’établir ses objectifs personnels et de cibler les changements qu’il considère essentiels pour son rétablissement.  Ce texte facilite le travail des intervenants qui, à chaque étape, en utilisent les principales données pour établir leur plan d’intervention.

  • L’évaluation quotidienne

Chaque jour, le résidant doit remettre une évaluation de sa journée où il analyse ses réactions, ses comportements, ses déceptions et ses joies afin de découvrir son propre fonctionnement.  Cette évaluation permet à l’intervenant de vérifier l’intégration de la démarche dans la réalité quotidienne du résidant.

  • Les rencontres

Le matin, durant 2 heures, les résidants d’une même étape se réunissent pour explorer les aspects théoriques du thème de la journée, et ce sous la supervision de leur intervenant-animateur.  L’après-midi, une nouvelle rencontre réunit les mêmes personnes pour approfondir les sujets du matin et vérifier leur importance dans leur vie personnelle.

À l’occasion, en soirée, des rencontres peuvent être organisées pour l’ensemble des résidants de la ressource, sur différents thèmes choisis par les intervenants en écho à l’atmosphère générale, à des besoins particuliers ou sur des sujets d’ordre général.

Les rencontres individuelles

Une rencontre hebdomadaire est fixé entre le résidant et son intervenant afin d’assurer son suivi thérapeutique nécessaire.

  • L’activité physique

Pour soutenir la démarche qui exige énormément d’implication, tous les résidants sont tenus de participer quotidiennement aux activités extérieures planifiées par un responsable.  Ces activités favorisent l’élimination des tensions dans un esprit de participation et de communication.